Haïti-société: Le passé glorieux rend fiers les hommes visionnaires d’aujourd’hui et demain

P-au-P, 20 janv. 2018 [CoupDoeil] —Comme une vieille rengaine, les exploits de la période de 1791 à 1803 sont ressassés interminablement sur les lèvres des fameux nationaux haïtiens.
Ils en tirent, comme tout peuple, fièrté, vanité, snobisme, et opportunisme. Mais, jamais une étincelle de l’esprit visionnaire.

Aussi, ces gloires historiques sont chantées dans l’insalubrité, la corruption, le je m’en foutisme. Et nous ne savons dans quelles autres inepties ce beau et merveilleux passé les gonfle d’orgueil stérile.

Pourtant, celui qui comprend l’importance politique, philosophique, anthropologique, et raciale de la révolution de 1791 et l’indépendance de 1804, déduirait, au constat de la réalité sociopolitique et économique du pays, que ces héritiers n’en ont absolument rien fait. Sinon, se flatter et se ventardiser d’être les fils et filles de Dessalines, Christophe, Petion, Capois. Et patati patata, patati patata….Mais, ils auraient pu s’en montrer dignes si leur histoire avait aussi appris ce dicton: Tels pères, tels fils et filles.

Peut-être qu’il faut les appeler « ces fils et filles qui n’ont pas voulu suivre l’exemple de leurs pères parce qu’ils n’ont aucune vision.

Liberté, indépendance, souveraineté, bien-être économique, dignité, intégrité, ce devraient être ces mots qui restitueraient aux gloires et aux sacrifices des héros toutes leur signification. Ces mots, réalisés en actes et grandes oeuvres de civilisation, seraient la preuve que ces héritiers ont associé à ce passé la vision et les idéaux qui l’ont engendré. Mais, au détriment de tout cela, ils sont égoïstes, cupides, avares, malpropres, corrompus, voleurs incultes d’humanisme, méchants contre eux-mêmes et leurs frères et soeurs. Ils n’ont jamais su se constituer en nation-état et rendre aux droits de l’homme sa véritable sémantique.

Se vanter d’une histoire qui ne leur a guère inspiré d’idéaux batisseurs, c’est pour donner aux autres peuples le spectacle de leurs prétentions et orgueil stériles.

Qui en souffre de ce verbomanie historique obsessionnelle et qui rend plus malade qu’elle aurait pu guérir des complexes de l’ancien colonisé? Malheureusement, la réponse à cette interrogation est aussi nécessaire qu’elle terrorise l’esprit.
C’est la pauvre jeunesse haïtienne qui ne trouve aucun modèle dans les salles de classe, la fonction publique, et quelque fois même pas sur les toits familiaux. Les livres auraient pu leur en offrir, mais c’est une jeunesse qui n’a jamais appris le goût de la lecture.
En somme, tandis que la génération vieillissante s’accuse d’une panne de vision, celle qui grandit se livre à elle même dans la dépravation, les voies faciles où les vices côtoient l’argent sale et illicite.
Conséquemment, le modèle dont elle se raffole, c’est le trafiquant de drogue que la justice n’arrive pas à mettre en prison, le politicien le plus ignare, le plus corrompu, et le plus inculte. Une jeunesse qui ne trouve pas de phare et de boussole dans la vieillesse.

Tout ce mal s’exprime et semble pouvoir être résumé dans cette phrase qui accuse nos élites de tous les domaines socioéconomique et politique: LE PASSE GLORIEUX NE REND PAS FIÈRS LES HOMMES NON VISIONNAIRES D’AUJOURD’HUI ET DE DEMAIN.

Dessalines, Pétion, Christophe, Capois, Makandal, Boukman ont fait une histoire qui enrichit le monde d’un humanisme absolu. Et vous, messieurs et dames, dont la fierté et l’orgueil sont démesurément expressifs, qu’avez vous fait depuis deux siècles d’indépendance? Que faites vous aujourd’hui afin que la jeunesse soit fière et orgueilleuse demain. Mais, de fierté et d’orgueil qui donneront des fruits. Car, Haïti n’est pas un pays de merde. Mais des millions de Trump auront raison de penser ainsi de vous, si vous ne changez de voie.

CHERISCLER EVENS
Sociologue, écrivain, journaliste
Le 19 janvier 2018
Là où le noir s’est fait une dignité humaine pour tous les noirs ne saurait être un pays de merde!!!

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *