Haïti-sécurité: Les actes de violence de Grand Ravine condamnés par la MINUJUSTH

Par Nakisha Jean

P-au-P, 19 nov. 2017 [CoupDoeil] — La Mission des Nations unies pour l’appui à la justice (Minujusth), à travers sa représentante spéciale, l’Américaine Suzan D. Page, recommande aux  autorités nationales d’ouvrir une enquête  judiciaire sur les actes de violences commises à Grand Ravine. Cette instance condamne ces différents crimes dans un communiqué de presse envoyé à l’agence en ligne CoupD’œil le 16 novembre 2107.

Le 13 novembre 2017 la Police Nationale d’Haïti (PNH) a effectué une intervention musclée à Grand Ravine un quartier de Martissant. Cette opération  s’est achevée  par la mort de deux policiers et de plusieurs habitants, dont un gardien et un professeur du Collège évangélique Maranatha, selon les informations disponibles.

Sept civils et deux policiers nationaux ont été tués, alors que 31 personnes sont arrêtées, selon un bilan de la Pnh, en date du jeudi 16 novembre 2017. Le constat de neuf cadavres a été dressé par un juge de paix, dépêché dans le quartier, selon des médias.

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies (RSSG) et chef de la MINUJUSTH, Susan D. Page, condamne avec vigueur ces actes répréhensibles.

Tenant compte de l’enquête entreprise  par l’Inspection Générale de la PNH,  la RSSG incite les autorités concernées à entamer une enquête judiciaire dans les plus brefs délais afin que les coupables des actes véhéments soient inculpés selon les lois établies, dans la clarté.

La RSSG précise que dans le cadre de sa mission qui est d’appuyer le « renforcement de l’état de droit, à la professionnalisation de la PNH et le respect des Droits de l’Homme » la MINUJUSTH est tenace à ce que ces faits soient clarifiés comme il se doit.

L’ingénieur Armand Louis, directeur du Collège évangélique Maranatha, membre du comité exécutif de l’Union évangélique baptiste d’Haïti (Uebh) et ancien membre de la Commission (présidentielle) indépendante d’évaluation et de vérification électorale (Cieve) a été brutalisé, puis transporté à la Direction départementale de l’Ouest (Ddo) de la Police nationale.

Après son audition, l’ingénieur Armand Louis a été transféré au Pénitencier national, l’un des grands centres carcéraux du pays.

Louis a été auditionné, le mercredi 15 novembre 2017, par le parquet près le tribunal civil de Port-au-Prince, qui, après analyse, a décidé d’acheminer le dossier vers le cabinet d’instruction criminelle.

Dans une note, la mission protestante Union évangélique baptiste d’Haiti (Uebh) a déploré fermement le comportement des policiers nationaux envers l’ingénieur Louis, qui a toujours fait preuve d’« intégrité », de « rectitude » et d’« intérêt pour l’éducation de tous les enfants de la zone ».

Selon cette institution, l’intervention anti-gang de la Police, aurait abouti, à un massacre. Des unités de la Pnh en cagoule ont investi, sans avertissement, avant 5:00 am le lundi 13 novembre 2017, le campus de l’Uebh à Bolosse, No. 261, route des Dalles.

« Quand l’ingénieur Armand Louis est arrivé (vers 8:45 am = 13:45 gmt) à son bureau et a trouvé les policiers en pleine opération, il leur a offert sa collaboration, en leur permettant de fouiller partout, dans le campus, qui abrite les bureaux du quartier général de la mission, fondée depuis 1928, et le Collège évangélique Maranatha, établi depuis 1956 ».

L’Uebh dit réclamer une enquête pour déterminer les conditions, dans lesquelles sont décédés les vaillants policiers et les innocentes victimes du Collège évangélique Maranatha.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *