Haïti-Presse : le Collectif Défenseurs plus plaide pour un meilleur cadre de travail aux professionnels de la presse

Crédit : Photos : © Chedly Belkhamsa (UNESCO)

P-au-P, 2 mai 2019 [COONEWS] — A l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse ce vendredi 3 mai 2019, le Collectif Défenseurs plus exhorte les autorités compétentes, à prendre des mesures en vue de garantir un bon cadre de travail aux professionnels de la presse.

« En ce 3 mai 2019, nous devons célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, évaluer la liberté de la presse dans le pays, défendre l’autonomie et l’indépendance des médias » fait savoir le Collectif dans un communiqué transmis au journal Coonews.

Le Collectif soutient que ce 3 mai doit être une journée de réflexion sur le rôle des médias en général, elle doit servir de prétexte en vue de produire des réflexions sur le rôle des médias pour la sauvegarde de la démocratie dans les périodes difficiles.

Le Collectif Défenseurs Plus veut attirer l’attention du public en général, l’Etat en particulier en rappelant que depuis 1993 cette journée a été proclamée par l’Assemblée générale des Nations Unies sur recommandation de la 26e session de la Conférence générale de l’UNESCO.

Elle rappelle que la liberté de la presse en Haïti est l’un des acquis des luttes de 1987. En conséquence, le Défenseurs Plus, organisation de défense des droits humains dénonce les difficultés confrontées par les travailleurs de la presse dans l’exercice de leur profession (accès limité à l’information et faible salaire entre autres).

Par ailleurs, la garantie du droit à la liberté d’opinion et d’expression est une prérogative de l’Etat, conformément à l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme stipulant : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

L’Etat doit garantir la protection, et la sécurité des journalistes qui informent le public. Ceci les permettra d’exercer leur profession en toute quiétude. En effet, la presse constitue une force vive dans un état de droit démocratique.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *