Haïti-Politique: Renan Hédouville, nouveau protecteur du citoyen

Renan Hédouville

P-au-P, 27 oct. 2017 [CoupDoeil] — Le président de la République, Jovenel Moïse, a fait choix de Me Renan Hédouville, comme nouveau protecteur du citoyen, en remplaçant de Florence Elie, l’actuelle titulaire de la Protection des citoyens en Haïti, dans un arrêté présidentiel, paru ce vendredi 27 octobre 2017, au No 168 dans le Journal officiel « Le Moniteur ».

Les trois personnalités qui étaient en liste pour briguer ce poste, ont été choisies respectivement par le sénat, qui avait jeté son dévolu sur Jacquenet Oxilus, à la fin du mois d’août 2017, la chambre des députés, de son côté, avait fait choix de Renan Hédouville et d’Antonal Mortimé, lors d’une séance organisée le samedi 9 septembre 2017.

Les noms de ces trois personnalités ont été transférés au président de la république, qui, de concert avec les présidents des deux branches du parlement, devraient désigner le successeur de Florence Elie à la tête de l’Opc.

C’est dans ce contexte que le pouvoir exécutif de concert avec le pouvoir législatif a fait choix de Me Renan Hédouville, comme nouveau protecteur du citoyen.

Le défenseur des droits humains, Renan Hédouville, a été secrétaire général du Comité des avocats pour le respect des libertés individuelles (CARLI). Il a écrit un ouvrage  intitulé « Le défenseur des droits humains et sa mission au quotidien ».

Rappelons que les organisations féministes, tels que la Solidarite fanm ayisyèn (Sofa) et Kay Fanm, avaient monté au créneau contre le choix de Me Renan Hédouville, figurant parmi les trois personnalités à briguer le poste de l’Office de la protection des citoyennes et citoyens (Opc).

Ce qui constitue, d’après eux, une banalisation des violences exercées sur les femmes en Haïti.

« Mettre un batteur de femme à la tête d’une telle institution serait un signal pour banaliser les violences et les agressions contre les femmes. Cela dissuaderait les victimes à porter plainte en cas d’agressions », ont fustigé ces organisations féministes.

Ces organisations de défense des droits des femmes avaient déclaré avoir, en 2004 et 2005, « accueilli et accompagné un cas de violence conjugale, impliquant Me. Renan Hédouville comme auteur ».

Le Collectif des organisations pour la défense des droits des migrants et rapatriés (Coddemir) avait invité le président Jovenel Moïse à faire un « choix éclairé », parmi les trois postulants au poste de Protecteur du citoyen, retenus par le parlement haïtien.

Jean Élie Paul

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *