Haïti-Politique: Pas de résolution, que des engagements sur l’épidémie de choléra

P-au-P., 20 déc. 2017 [CoupDoeil] —Les parlementaires haïtiens n’ont pas pu faire adopter une résolution en faveur de l’indemnisation du choléra dans le pays. Malgré le fait que ce point ait été soulevé tour à tour par les présidents de la chambre basse Cholzer Chancy et celui du Sénat Youri Latortue. La résolution sur l’épineuse question de la problématique du choléra doit attendre une prochaine assemblée parlementaire pour voir le jour.

Lancée officiellement le lundi 18 décembre, en présence de plusieurs personnalités de l’administration Moïse/Lafontant, cette 34e Assemblée ACP-UE  a été précédée par des réunions de préparation, le samedi 16 décembre 2017, des trois commissions permanentes, à savoir la commission des affaires politiques, la commission du développement économique, des finances et du commerce et la commission des affaires sociales et de l’environnement.

« Sur la problématique de l’épidémie du choléra, les parlementaires ne prendront pas de résolution, mais de préférence des engagements pour soutenir  Haïti auprès des Nations Unies pour que les victimes du choléra soient indemnisés », fait savoir le président de la délégation haïtienne auprès des pays de l’ACP, le député Price Cyprien, en marge d’une séance ce mardi 19 décembre 2017.

D’après le député de Thomazeau, le mercredi 20 décembre, il compte aborder la problématique avec tous les parlementaires africains et européens, afin de les sensibiliser d’avantage sur la question.

Il pense que les parlementaires prendront la question à cœur, afin d’avancer vers la résolution de ce problème qui reste une épine pour les Nations Unies.

Le député Cyprien annonce que toutes les résolutions seront adoptées 20 décembre 2017. Toutefois, une troisième résolution sur la situation en Libye ne peut pas être adoptée, à cause de la déclaration sur la situation en Libye. Cette résolution a été reportée pour la prochaine Assemblée, qui se tiendra à Bruxelles, au mois de mars prochain, ou à l’autre Assemblée générale qui devra se tenir en Bulgarie au mois de juin 2018. Dans ces fora mondiaux, les parlementaires ne vont pas au-delà de deux résolutions.

Présent à  cette deuxième journée des assises sur l’ACP-UE, le chef de la délégation de l’Union européenne en Haïti, l’ambassadeur Vincent Dégert, estime qu’il faut continuer à faire des efforts dans ce domaine. Par rapport aux appels de support faits par les présidents de la chambre basse Cholzer Chancy et le président du Sénat Youri Latortue, relatifs à l’indemnisation des victimes de l’épidémie du choléra.

Fort de ce constat, le chef de la délégation de l’UE en Haïti dit attendre que les Nations Unies montent un plan dans ce domaine. Ainsi,  espère-t-il voir les propositions que feront les Nations Unies, non seulement pour indemniser les victimes du choléra, mais aussi pour éradiquer cette épidémie dans le pays.

Rappelons que lors de la visite de la vice-secrétaire générale des Nations Unies, Amina Mohammed, et l’envoyée spéciale de l’ONU pour Haïti, Josette Sheeran, du vendredi 3 au  dimanche 5 novembre 2017, elles avaient réaffirmé  l’engagement des Nations Unies envers le peuple haïtien dans un « nouvel esprit de partenariat ».

Un  partenariat qui aurait pour but d’aider Haïti à passer d’une approche d’urgence à des solutions durables, de l’aide à l’investissement, de la distribution à la coopération main dans la main pour le développement durable, pour la démocratie et la dignité du peuple haïtien, à en croire les déclarations du chef de l’ONU Antonio Guterres dans un entretien publié le mercredi  1er novembre 2017 dans le journal américain Miami Herald.

Les grands absents de l’ACP-UE
A rappeler que l’un des plus grands experts du parlement européen Louis Michel, à cause des ennuis de santé, ne s’est pas présenté dans ce forum international, de même que la ministre estonienne des Affaires étrangères qui s’est fait représenter. Par contre, la ministre des Affaires étrangères de la Jamaïque Kamina Johnson Smith y est présente.

L’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE (APP) rassemble des représentants élus de l’Union européenne (UE) et des pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), soit des députés européens et des parlementaires des 78 États à avoir signé l’accord de Cotonou, qui est la base de la coopération au développement ACP-UE.

Le député Price Cyprien  qui se dit satisfait de ses assises, annonce déjà  que des mouvements de coopération vont se nouer avec certains parlements, qui pourraient amener des hommes d’affaires en Haïti en vue de prospecter le sol haïtien en vue de voir quel type d’entreprises les hommes d’affaires africains, européens et haïtiens peuvent monter ensemble.

Jean Élie Paul

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *