Haïti-Politique : De comité en comité pour une issue à la crise politique

P-au-P, 26 fev. 2019 [COONEWS] — Le président de la République, Jovenel Moïse, a procédé, le lundi 25 février 2019, à l’installation du Comité de facilitation du dialogue inter haïtien, en vue d’une solution à la crise politique qui ronge le pays depuis ces derniers temps.

Parmi les sept personnalités qui ont été désignés par le chef de l’Etat pour faire partie de ce comité, seulement cinq sur sept membres ont pu prendre part à la cérémonie qui s’est déroulée au palais national.

De ces cinq personnalités figurent Marie Carmelle Mentor, Kettly Julien, Carlo Joseph, Dorothie Sénatus et Marie Michèle Sylvie Rameau.

Quelques heures avant leur installation, deux des sept membres dudit comité avaient déjà abdiqué.  Charles Suffrard, membre d’une organisation paysanne fut le premier qui a jeté l’éponge en envoyant une correspondance au chef de l’Etat pour lui souligner qu’il déplore qu’un communique émanant de la présidence faisant référence à la mise en place d’un nouveau gouvernement. Une mission qui n’apparaissait pas dans l’arrêté signé par le chef de l’État le 21 février dernier.

L’autre personnalité qui a brillé par son absence lors de cette cérémonie, à laquelle plusieurs personnalités ont pris part, dont le Premier Ministre Jean Henry Céant, le Président de la Chambre Basse Gary Bodeau, le Président du Senat Carl Murat Cantave, ainsi que le nouveau président de la Cour de Cassation, René Sylvestre, ce fut  l’entrepreneur Rudolph Dérose.

Le chef de l’Etat, Jovenel Moïse a sollicité l’aide du Premier ministre Jean Henry Céant, des deux autres pouvoirs de l’Etat, de la classe politique et de l’internationale afin de rendre possible ce dialogue.

Pour lui, le dialogue inter-haïtien est « l’exigence absolue de l’heure ». Dans ce contexte, Jovenel Moïse se dit prêt à discuter de tout dans le strict respect de la constitution afin de garantir la stabilité du pays.

Kettly Julien, prenant la parole dans le nom de ces paires,  a invité tous les secteurs de la vie nationale a emprunté la voie du dialogue afin de résoudre la crise. Pour la responsable de l’Institut Mobile d’Education Démocratique l’IMED, le dialogue est un impératif.

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *