Haïti-Justice : les assassins de Jean Dominique devront faire face à la justice, tôt ou tard, estime Eddy Jackson Alexis

Crédit: Jean Dominique, journaliste haïtien assassiné le 3 avril 2000. Photo: Radio Haiti Archive

P-au-P, 3 avril 2019 [COONEWS] — Le secrétaire d’État à la communication Eddy Jackson Alexis appelle la Cour de Cassation à réactiver le dossier du journaliste Jean Dominique ainsi que du gardien Jean Claude Louissaint, assassinés par des individus armés le 3 avril 2000 dans les locaux de la Radio Haïti Inter.

« Les auteurs et co-auteurs de cet acte odieux auront à faire face à la justice en vue de répondre de leur forfait, tôt ou tard » fait savoir le  secrétaire d’Etat de la Communication Eddy Jackson Alexis, au cours d’une rencontre avec la presse ce mercredi 3 avril 2019.

Dix-neuf ans (19 ans) après ce crime crapuleux, les coupables restent impunis, malgré l’ouverture d’une enquête. Pas moins de huit juges ont eu à traiter le dossier de l’assassinat de Jean Dominique et de son gardien,  jusqu’ici bloqué au niveau de la Cour de cassation.

« Le blocage serait dû à un problème d’effectif » avait indiqué l’ancien Président de la Cour de Cassation, Jules Cantave, à l’occasion du 18e anniversaire de l’assassinat  du Directeur général de la Radio Haïti Inter.

Plusieurs associations de journalistes, notamment SOS Journalistes, ont exprimé depuis leur préoccupation à l’égard des suivies judiciaires sur cette affaire.

Dans ce contexte, le secrétaire d’État a salué la mémoire de cette icône de la presse haïtienne  qui a su lutter pour la liberté d’expression et l’établissement de la démocratie en Haïti.

« L’assassinat de Jean Dominique visait à intimider les journalistes dans leur travail qui consistait à accompagner la population dans leur revendication » a souligné Eddy Jackson Alexis.

Le secrétaire d’Etat  a critiqué le retard enregistré dans le cadre de l’aboutissement de ce dossier, malgré qu’il ait eu des assises tenues au tribunal.

19 ans après l’enquête se poursuit alors que d’autres journalistes attendent encore que justice leur soit rendue. À cette liste s’ajoute également les journalistes Brignol Lindor assassiné le 3 décembre 2001, Jacques Roche, retrouvé mort le 15 juillet 2005.

https://repository.duke.edu/dc/radiohaiti/RL10059-CS-1917_01

Le dernier cas est celui de Vladjimir Legagneur porté disparu depuis le 14 mars 2018 alors qu’il était parti réaliser un reportage à grand ravine.

Par ailleurs, Jean Léopold Dominique journaliste haïtien, né le 30 juillet 1930 à Port-au-Prince, a lutté fortement contre le régime dictatorial des Duvalier. Il a été, entre autres, l’une des personnes en Haïti à avoir intégré la langue créole, parlée par la majorité de la population, dans des émissions radiophoniques.

Marlyne Jean

 

 

 

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *