Haïti-Justice : Le RNDDH écrit au président de la Cour de Cassation Me René Sylvestre en vue de plancher sur le dossier du gang Galil

Crédit photo : AlterPresse

P-au-P, 07 mars 2019 [COONEWS] — Le directeur exécutif du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Esperance a adressé une correspondance au nouveau président de la cour de Cassation et du Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), Maitre René Sylvestre afin de lui demander de plancher sur le dossier du gang Galil qui serait bloqué au niveau de la plus haute instance judiciaire du pays.

Selon Pierre Esperance, l’arrêt rendu le 8 Mai 2018 par la cour de Cassation sur cette affaire n’aurait pas encore été acheminé au parquet près le tribunal de 1ère instance de la capitale.

Dans cet arrêt, la cour a annulé le jugement rendu par le magistrat Lamarre Bélizaire en faveur de Renel Nelfort alias Renel Le Récif et Woodly Ethéard alias Sonson La Familia, et ordonné que cette affaire soit entendue par le même tribunal avec une autre composition.

Sur la base d’«insuffisance de preuve », le tribunal criminel, siégeant sans assistance de jury, avait rendu le 17 avril 2015, son verdict en faveur de Woodly Ethéart , alias « Sonson Lafamilia » et Renel Nelfort, surnommé « Le Récif », accusés d’enlèvements et de séquestration, de blanchiment des avoirs, de trafic illicite de la drogue, d’assassinat et d’association de malfaiteurs, selon l’agence d’information en ligne AlterPresse.

Le juge Lamarre Bélizaire au terme d’une audience qui avait duré plus de six heures d’horloge avait déclaré que suivant les conclusions du Ministère public, il dit et déclare non coupables les accusés Woodly Ethéart et Renel Nelfort des faits d’enlèvements, de séquestration, de blanchiment des avoirs, de trafic illicite de la drogue, d’assassinat et d’association de malfaiteurs.

Le juge Lamarre Bélizaire avait soutenu le verdict « pour insuffisance de preuve et de charge.

En conséquence, le juge Lamarre Bélizaire avait ordonné la levée de tous les scellés, qui sont apposés sur les immeubles des accusés et la levée de l’interdiction de départ qui a été prise à l’encontre de Woodly Ethéart.

Rappelons que l’ordonnance du juge d’instruction au tribunal de première instance de Port-au-Prince, Sonel Jean-François, en date du 5 mars 2015, avait renvoyé Woodly Ethéart et Renel Nelfort par devant le tribunal criminel en tant qu’« auteurs intellectuels » de plusieurs actes de grand banditisme, dont le kidnapping contre rançon.

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *