Haïti-Diaspora: L’Ijdh plaide en faveur d’une action pour les 59 mille migrants haïtiens sous menace d’expulsion à partir du 22 juillet 2019

Par Nakisha Jean

P-au-P, 23 nov. 2017 [CoupD’oeil] — L’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti (Ijdh), partenaire du Bureau des avocats internationaux (Bai), plaide en faveur d’une action pour les 59 mille migrantes et migrants vivant aux États-Unis d’Amérique, sous menace d’expulsion à partir du 22 juillet 2019, date de la résiliation du Statut de protection temporaire (TPS).

« Nous avons donc perdu la bataille pour une extension du statut. Mais pas notre pouvoir à retarder la mise en œuvre de la décision jusqu’en juillet 2019 », avance l’Ijdh, dans un message dont a pris connaissance l’agence en ligne CoupDoeil.

L’annulation du Tps « n’est ni une défaite, ni une victoire, mais un appel à l’action ». Il peut se passer beaucoup de choses en 20 mois, y compris des procès, des solutions législatives et des élections, appuie l’Ijdh.

Les autorités des États-Unis d’Amérique ont décidé, le lundi 20 novembre 2017, de mettre fin au Tps pour les 59 mille Haïtiennes et Haïtiens, qui en bénéficient sur le territoire américain, depuis le tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti.

La fin du Tps contraindrait au départ de 50 mille travailleuses et travailleurs, ainsi que 27 mille enfants, nés aux États-Unis d’Amérique, sans compter la perte de 23,2 milliards de dollars  dans le Produit intérieur brut (Pib) américain sur 10 ans.

La résiliation du programme de  Statut de Protection Temporaire (TPS)  prendra fin  pour Haïti dans 18 mois selon la secrétaire à la Sécurité intérieure par intérim, Mme Elaine C. Duke.

Le TPS pour Haïti sera résilié après l’analyse de la situation socio-économique du pays. En tenant compte des renseignements accessibles dans le cadre du processus de consultation interministériel, la secrétaire à la sécurité Mme Duke a estimé que les conditions complexes mais momentanées causées par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 n’existent plus.

D’autant plus que le contexte compliqué qui empêchait aux responsables de prendre en charge correctement les ressortissants s’est grandement amélioré. De ce fait, selon le  statut en vigueur, la désignation du TPS  doit être résiliée.

La résiliation du TPS a été repoussée de 18 mois afin que la transition soit réalisée selon normes et dans la discipline. Ainsi les détenteurs du TPS auront le temps nécessaire pour prendre les mesures nécessaires pour leur départ ou de rechercher un statut d’immigration alternatif légal aux États-Unis, si elles en ont le droit. Cela donnera également à Haïti le temps de se préparer au retour et à la réintégration de ses ressortissants.

Source Photo: Google image

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *