Haïti-Coopération : Les États-Unis d’Amérique projettent d’investir 100 millions de dollars dans les services de la santé en Haïti

P-au-P, 07 déc. 2017 [CoupDoeil] — Les États-Unis d’Amérique envisagent d’investir 98,5 millions de dollars américains dans les services de santé en Haïti, selon un communiqué en date du mercredi 6 décembre 2017.

Le gouvernement américain projette de travailler en partenariat avec le gouvernement haïtien, pour soutenir le système de santé du pays et étendre les soins de santé essentiels à 4,2 millions de personnes.

Ce projet viserait l’augmentation du nombre haïtiennes et haïtiens, qui reçoivent des soins de santé essentiels et de qualité dans le cadre de l’Accord de coopération entre l’Agence américaine pour le développement international (Usaid) et Caris foundation international.

« Dans le cadre d’une approche, axée sur la patiente / le patient, le projet offrira des soins materno-infantiles intégrés aux familles haïtiennes, particulièrement la vaccination, la santé reproductive, les services de nutrition et la prévention, les soins et le traitement du Virus de l’immunodéficience humaine/Syndrome immuno-déficitaire acquis (Vih/Sida) », indique le communiqué.

Dans ce contexte, le Directeur de la mission de l’Usaid en Haïti, Jene Thomas soutient que « le projet santé (de l’Usaid) s’est construit sur une base établie et une expérience confirmée, en matière de renforcement des capacités locales de gestion et d’opération des prestations des services de santé »,

Le projet santé sera dirigé par Caris Foundation et implémenté en partenariat avec un consortium de partenaires, comprenant le Catholic medical mission Board (Cmmb) et la Haitian health foundation (Hhf).

Les actions du consortium devraient permettre de développer des stratégies, qui ont fait leur preuve, afin d’améliorer les services de santé communautaires et dans les établissements sanitaires, et d’augmenter la capacité des partenaires haïtiens locaux à tirer parti des réalisations et des meilleures pratiques du projet.

Par ailleurs, il faut rappeler que Mary Barton-Dock, envoyée spéciale de la Banque mondiale en Haïti, avait déploré le fait que « les investissements n’ont pas été réalisés là où ils étaient les plus nécessaires ».

Elle avait encouragé à passer à un mécanisme de financement, fondé sur les résultats, pour rendre le système de santé plus efficient et plus équitable, en ces temps de lourdes contraintes budgétaires.

Jean Élie Paul

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *