ACP-UE : Les organisateurs dressent un bilan positif

Cette assemblée a été lancée officiellement le lundi 18 décembre, en présence de plusieurs personnalités de l’administration Moïse/Lafontant, cette 34e assemblée ACP-UE  a été précédée par des réunions de préparation, le samedi 16 décembre 2017, des trois commissions permanentes : la commission des Affaires politiques, la commission du développement économique, des finances et du commerce et la commission des affaires sociales et celui de l’Environnement. «Nous avions fait tout notre possible pour faire de cette assemblée ACP-UE, une réussite pour Haïti », fait savoir le député de Thomazeau, Price Cyprien,  qui a soulevé plusieurs difficultés rencontrées dans le cadre de la réalisation de ces activités de grandes envergures.

Le député Price Cyprien a rappelé que c’était un combat de longue haleine pour faire admettre la candidature d’Haïti pour la tenue de ces assises auprès de l’ACP-UE.  Il soutient que l’image qui avait été projetée sur Haïti, leur faisait défaut. Ce qui leur avait rendu la tâche beaucoup plus difficile pour faire admettre la candidature d’Haïti pour la tenue de ces assises dans le pays

Au cours de ces assises, plusieurs thématiques ont été abordées, notamment la problématique de l’esclavage en Libye et en Mauritanie, la sécurité à travers les États ACP et de l’Union européenne et sur le réchauffement climatique.

Pour le député de Thomazeau, il y aura également beaucoup de retombées  politiques, non seulement pour le gouvernement, mais aussi pour le Parlement, parce qu’ils ont pris des contacts avec des parlementaires de plus de 106 pays.

Deux résolutions adoptées au terme de ces assises
Les parlementaires de la 34e session de l’Assemblée parlementaire paritaire ACP-UE, ont adopté, le mercredi 20 décembre 2017, au terme de ces assises, deux résolutions. L’un relatif au réchauffement  climatique qui augmente la fréquence et l’intensité des catastrophes naturelles.  D’après les membres de ACP-UE, dans une résolution d’urgence, ils  évoquent les dégâts causés en septembre par les ouragans Irma et Maria qui ont ravagé plusieurs îles des Caraïbes.

Dans la seconde résolution d’urgence, les députés des pays membres de l’ACP-UE ont aussi décidé d’une délégation ad hoc en Mauritanie chargée d’observer le respect continu de l’État de droit, des droits de l’homme et la mise en œuvre effective de la feuille de route pour l’éradication de l’esclavage.

Par ailleurs, trois rapports ont été approuvés lors de la séance de vote du mercredi 20 décembre 2017. Il s’agit du rapport  sur l’économie bleue qui est une source d’activités économiques autour des mers et océans. Ce dernier devrait être durable en tenant compte des préoccupations écologiques et  de la fragilité du milieu marin, du caractère épuisable des ressources disponibles.

Jean Elie Paul
jeanelie.paul@gmail.com

Source:L’Union

Facebook Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *